Les habitudes des personnes qui ne sont pas heureuses

Il y a ces personnes qui semblent toujours de bonne humeur et heureuses d’être. Puis il y a celles qui ne le sont simplement pas. 

Il fait trop chaud. Il y a trop de monde sur la route. La paye est passée en retard ce mois-ci. Trop de boulot. Trop de factures. Pas assez de temps. Vacances trop courtes etc. 

Peu importe les situations, rien ne semble être comme il faudrait. 

Et de ce fait comment être heureux dans un monde où rien ne va.

Il fût un temps où ce genre de personnes, c’était moi. Il semblait toujours y avoir quelque chose qui venait déranger ma petite bulle. 

D’ailleurs je me rappelle ces paroles qui m’étaient souvent adressées lorsque j'étais plus jeune. 

« Tu n’es jamais contente ». 

Mais lorsque j’étais plus jeune, je ne pouvais pas l’admettre. 

Ce n’était pas ma faute. Je n’y étais pour rien. Je disais les choses telles qu’elles étaient. C’est tout !

Je me sens plutôt bien placée pour te parler des habitudes des personnes qui ne sont pas heureuses. Car cet état d’âme, je l’ai vécu moi-même.

Aujourd’hui….des années plus tard les choses sont différentes. 

Aujourd’hui, les gens me disent que je suis ‘optimiste’ ‘zen’ ‘sage’. C’est bien loin des étiquettes de ‘jamais contente’ et ‘boudeuse’ de l’époque. 

Que s’est-il passé ? 

Il n’y a pas eu de déclic soudain. Juste un ras-le-bol de ne jamais être ‘contente’ et une bonne dose de volonté à changer tout cela. 

Les personnes qui ne sont pas heureuses ont des habitudes très différentes des personnes qui le sont. 

Et ce n’est pas vraiment une question de circonstances. 

Mais plutôt une question de perspectives. 

D’ailleurs, cette citation le résume parfaitement.

Change ta façon de voir les choses et les choses que tu vois changent. Click to Tweet

Dans cet article, j’en partage 7 avec toi.

Les habitudes des personnes qui ne sont pas heureuses

Les habitudes des personnes qui ne sont pas heureuses

1 – Se focaliser sur le manque 

Les personnes qui ne sont pas heureuses ont une mentalité de pénurie. Ce qui veut dire qu’il n’y a jamais assez… de rien. Temps, argent, amour, liberté, ou encore de beau temps. 

La mentalité de pénurie est une forme de ‘maladie’ du mental, car la pénurie n’existe pas. C’est un concept mental. 

Car même lorsqu’il n’y a pas ‘assez’ de quelque chose il y a toujours une abondance d’une autre chose. 

Les scientifiques se sont rendus compte que les espaces que l’on pensait vide ne le sont pas. Et qu'ils sont au contraire, pleins. 

Cela dépend de comment ont choisi de voir les choses. 

Bien sûr lorsque nous vivons dans une mentalité de manque, il est simplement impossible d’être une personne heureuse. Car le manque se vit comme une injustice et une punition. 

Mais il est tout à fait possible de changer sa perspective et de passer de la mentalité de manque à celle de l’abondance. 

Il s’agit de se focaliser volontairement sur tout ce qui abonde autour de soi. L’air, les brins d’herbe, les gouttes d’eau, les étoiles. 

C’est un exercice nécessaire pour réapprendre à son esprit à chercher le surplus plutôt que le manque. 

Ce n’est que lorsqu’on commence à voir l’abondance que l’on peut commencer à devenir une personne plus heureuse. 

2 – Rechercher la perfection

Une personne ne peut pas être heureuse lorsqu’elle recherche la perfection. La perfection n’existe pas et c’est justement cela qui garde une personne dans un état de perpétuel insatisfaction. 

Parce que peu importe, il y a toujours mieux. Heureusement d’ailleurs. 

Vise le progrès, non la perfection. Click to Tweet

Lorsqu’une personne vise la perfection, soit elle exige que tout soit parfait avant que…. et donc ne concrétise jamais puisque rien n’est jamais suffisamment parfait, soit elle garde un goût amer envers une situation parce que ça n’était pas parfait ou, parce que ça l'avait été mais que ça ne l’est plus. 

La recherche de la perfection provient d’un manque d’estime de soi. C’est essentiellement avoir besoin d’atteindre quelque chose qui est sans faute, afin d’avoir ce sentiment de valoir quelque chose. 

Mais comment atteindre un niveau qui n’existe pas ? La perfection n’est qu’un concept. Le dilemme est bien là. 

Même la Joconde aurait pu être mieux. 

3 – Être focalisé sur les autres 

Les personnes qui ne sont pas heureuses sont aussi celles qui sont continuellement focalisées sur les autres. 

Ce que les autres font, ce que les autres disent, ce que les autres ont. 

C’est un leurre de l’égo. Regarder les autres pour ne jamais avoir à se regarder soi-même. 

Mais nous ne voyons pas l’autre comme il est, mais bien comme on est.… soi-même. 

Nous ne pouvons pas contrôler les autres, ni ce qu’ils font ou disent. 

Par contre nous pouvons accepter que l’autre fera toujours ce qu’il aura envie de faire et chercher à nous réconcilier avec cela. 

Il ne s’agit pas de comprendre pourquoi l’autre fait ce qu’il fait, mais pourquoi cela nous fait tant réagir et commencer à se poser des questions plus utiles comme:

  • pourquoi est-ce que ce que cette personne fait me dérange autant?
  • en quoi est-ce que ce que cette personne a dit me blesse? et pourquoi?
  • qu’est-ce que mon inconfort autour de cette personne me montre sur moi ? 

etc. Il y a vraiment tout un tas de façons d’explorer nos propres profondeurs. 

4 – Être focalisé sur les choses négatives 

Une personne qui n’est pas heureuse est une personne qui petit à petit a oublié de voir toutes les choses qui ajoutent à sa vie au dépens de celles qui semblent y nuire. 

C’est pour cela qu’il faut apprendre à bien choisir les choses avec lesquelles on s’entoure. 

Sinon nous sommes vite noyées dans une marre de négativité. Certes les medias jouent un rôle principal pour maintenir la négativité dans nos sociétés. 

Mais entretenir sa négativité est un choix personnel. 

Pour en sortir, il faut se forcer (au début c’est ce qu’il faudra) à remarquer les bonnes choses. 

Une bonne santé? Un toit où dormir? De l’argent pour manger? Une famille qui nous aime?

Il y a toujours quelque chose de positif lorsqu’on cherche. 

Ce que tu cherches, te cherche aussi Click to Tweet

5 – Écouter son surmoi 

Dans mon dernier article, je partage avec toi les 6 mensonges du surmoi. Tu sais cette petite voix intérieure qui est là pour te rappeler combien tu es nul ? 

Oui celle-là. 

Mais la vérité est que nous l’avons tous. C’est juste que les personnes qui ne sont pas heureuses choisissent de croire leur surmoi et vivent leur vie en fonction AKA moi avant. 

Il est vraiment question de choix. Tout est un choix. Et même ne pas choisir d’être heureux reste un choix…qui est celui de ne pas l’être. 

Ce qui nous porte au point suivant.

6 – La mentalité de la victime

Une personne qui n’est pas heureuse est essentiellement une personne qui se sent victime de la vie. 

Ce sont toujours les autres qui ‘lui ont fait’ et c’est toujours de la faute de l’autre. 

C’est très dur d’être dans un état de victimisation puisqu’on se met à la merci des autres et des éléments qui nous entourent. 

Pourtant beaucoup de personnes qui se sentent victimes ne désirent pas changer. Car elles ont quelque chose à y gagner. Notamment, le fait de ne pas être responsable de leur vie et encore moins de la tournure de leur vie. 

Article lié : Accro à ton mal-être ? Tu seras peut-être surprise. 

Prendre la responsabilité de sa vie, de là où on en est dans sa vie, est la première étape si l’on veut commencer à la transformer et apprendre à être heureux. 

Ça nous ramène toujours à une seule chose. 

Le choix. 

7 – Être déconnecté de son soi intérieur

J’ai laissé le meilleur pour la fin 🙂 . Ne pas être heureux, c’est être déconnecté de son soi intérieur. En fait, ce point englobe tous les autres. 

Mais c’est quoi être déconnecté de son soi intérieur ? 

C’est ne pas être honnête avec soi-même, c’est ne pas s’entendre (entendre sa vérité intérieure), c’est aussi ne pas s’honorer. Comme, faire ce que les autres veulent pour être bien vu plutôt que de faire ce que notre coeur nous demande de faire. 

Être déconnecté de soi est la trahison ultime envers soi-même.

Nous le faisons parce que nous n’avons pas appris à nous entendre, car il fallait toujours écouter les autres d’abord. 

Nous le faisons aussi parce que nous avons appris qu’il était important de plaire pour ne pas être rejeté des autres. 

Nous avons appris à mettre  la personne que nous sommes de côté, en échange de celle que nous devrions être…. pour les autres. 

C’est très douloureux à vivre. Et une personne qui n’est pas heureuse souffre beaucoup de cela. 

Elle ne sait pas qui elle est souvent. Et si par chance elle le sait, elle ne fait rien pour honorer sa vérité. Peu importe le pourquoi.

Devenir une personne heureuse, c’est avant tout accepter de se connaitre soi. Et s’accepter… défauts, cellulite, bizarreries avec. 

C'est aussi accepter d'être soi.

Il ne s’agit pas de prétendre. Mais chaque jour de choisir d'être heureux.

C'est un choix qu'il faut faire d'instant en instant. Et à force, on se rend compte un jour qu'on est plutôt heureux dans sa vie.

Être heureux n’est pas une destination, c’est un parcours. 

Mets-moi un like pour que je sache si tu as aimé cet article
Tiffany
Coucou par ici! Nous c'est Tiffany & Josh. Nous sommes un couple de blogueur. Nous avons quittés nos boulots pour nous lancer dans ce défis fou! Creer notre vie comme nous l’entendons. Tu trouveras des idées et des astuces que nous avons testés et que nous pensons utiles pour améliorer certains aspects de nos vie. Nous sommes là pour t'encourager à créer une vie qui t'inspire!Blogging | Lifestyle | Livres | Voyages | Vie en couple | Argent

18 Commentaires

    • Coucou Varin ♥ merci pour ton mot. Je vois également des aspects de moi-même dans ces habitudes. 🙂 Peut-etre qu’à quelque part nous les avons tous. Ce qui fera la difference, c’est notre choix de continuer ou de transformer tout cela. ♥

    • 🙂 ton message me fait sourire Hassiba. Je te rassure, c’était moi aussi il y a quelque temps en arrière. Mais l’avantage est que nous pouvons changer à tout moment. Je te souhaite une belle continuation dans ton parcours ♥

  1. Très intéressant, ça résume tout à fait ce que je dis , “le malheur c’est pas agréable, mais c’est confortable”. En effet, je suis tout à fait d’accord, et je le vois tous les jours, la négativité entraine la négativité, et rien ne va jamais. C’est épuisant pour l’entourage et n’aide pas à avoir des relations calmes et détendues.
    Mais peut-on changer les personnes malgré elles-mêmes? Eh non!;)

  2. Merci! Tu expliques le phénomène limpidement. Et si certaines habitudes sont déjà désamorcées, il reste à terminer le processus pour mieux respirer. C’est faisable! Merci encore!

  3. Excellent article que j’ai failli rater car le titre paraît négatif.
    Très intéressant au final et qui donne envie de se lancer et renverser les tendances négatives.
    Merci

  4. Un très bel’article, je m’y reconnais ou justement celle que suis en train de quitter ainsi que certaines personnes de mon entourage… qui ne sont peut-être pas encore prêtes…
    Peut-être cet article sera un déclic ?
    Merci 🙏

COMMENTER CET ARTICLE

votre commentaire
votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.